Fonction publique : non aux suppressions de postes !

11 Juillet 2018

Le gouvernement Macron envisagerait de supprimer 20 000 postes au ministère des Finances.

Les chiffres annoncés varient mais sont massifs et scandaleux par les conséquences qu’ils entraînent dans la vie des travailleurs et dans la désorganisation des services publics.

Les responsables invoquent le développement du tout-numérique, la suppression de la taxe d’habitation et le prélèvement de l’impôt à la source, qui permettraient dès 2019 de rayer 4 000 postes d’agents publics au ministère des Finances. Mais la vraie raison est de faire des économies sur le dos des salariés et des usagers.

Pour atteindre de tels objectifs, les départs en retraite ne suffiront vraisemblablement pas. Combien de travailleurs risquent de se retrouver devant des propositions qui ne leur conviennent pas et des choix difficiles à faire : mutation dans un autre service, dans un autre secteur, obligation de déménager ? Alors que l’informatique devrait améliorer les conditions de travail, ce ne sera pas le cas, faute d’effectif suffisant pour traiter les dossiers.

Pour les usagers, la vie se compliquera un peu plus : les files d’attente dans les services administratifs, le temps perdu au téléphone, risquent de s’allonger.

Mettre les finances publiques au service exclusif du patronat et des plus riches, tel est l’objectif de Macron et de son gouvernement.

Anne POUCTA