Aluminium-Dunkerque : salaires insuffisants

20 Janvier 2012

À Rio Tinto Alcan dont fait partie l'usine Aluminium-Dunkerque, la négociation annuelle obligatoire (NAO) a commencé en décembre par une proposition de la direction d'augmenter de 1,4 % tous les salaires, plus une enveloppe de 0,8 % pour les augmentations individuelles. Ensuite, elle est passée à 1,7 % avec un talon de 40 euros, mais une enveloppe d'augmentations individuelles de 0,6 % et à condition que des organisations syndicales cautionnent ces miettes en signant.

Dans les ateliers, cela ne faisait pas le compte. Il fallait au moins 100 euros de plus. Alors, les réunions d'équipes organisées début janvier par les militants de la CGT ont été nombreuses. Il a été décidé de faire quatre à huit heures de grève le jeudi 12 janvier et d'aller à Paris appuyer la revendication. Ce jour-là, plus de cinquante travailleurs ont fait le déplacement et la grève a été très suivie.

La direction générale était surprise et fébrile. Elle s'est dépêchée d'annoncer qu'elle portait le talon à 45 euros et les représentants de la CFDT et de FO se sont empressés d'annoncer leur accord et d'apporter leur signature.

Cela a provoqué un grand écoeurement parmi les manifestants et les travailleurs, qui l'ont fait savoir aux responsables de ces deux syndicats. Cette action des travailleurs d'Aluminium-Dunkerque, que les patrons n'avaient pas prévue, pourrait être suivie d'autres.

Correspondant LO