Agglomération de Grenoble : plusieurs centaines de personnes et de familles à la rue

20 Janvier 2012

Les médias ont fait état de la situation dramatique de l'hébergement d'urgence en région parisienne. En province, la situation est la même. Ainsi, dans l'agglomération de Grenoble, le 115, numéro d'appel d'urgence, est débordé et les réponses aux demandes d'hébergement sont rarement positives, même quand il s'agit de familles avec de très jeunes enfants. Les associations estiment que plus de 700 personnes dorment à la rue.

C'est dans ce contexte que l'application d'une circulaire ministérielle de mai 2011 aggrave encore la situation : les demandeurs d'asile étaient jusqu'à présent plus ou moins hébergés, en fonction des places disponibles, en attendant la réponse définitive sur leur demande. Cette circulaire donne des instructions très restrictives aux préfets : les demandeurs d'asile pour qui la préfecture n'a pas donné de droit provisoire au séjour, et pour qui le dossier de demande d'asile a fait l'objet d'un premier refus (et même si leur procédure est toujours en cours), doivent être expulsés des logements mis à leur disposition.

Plusieurs familles ont déjà dû rendre les clés de leur logement. C'est maintenant 80 autres, dont beaucoup avec des enfants scolarisés, qui viennent de recevoir un courrier leur intimant l'ordre de quitter le leur dans les jours qui viennent. Elles ne pourront trouver place dans les hébergements d'urgence, qui sont saturés. Qui a dit que la France était une terre d'asile ?

Correspondant LO