Grande-Bretagne : camouflet pour le Parti conservateur

11 Mai 2022

Aux élections locales du 6 mai en Grande-Bretagne, le Parti conservateur a pris une claque : avec moins de 30 % des voix, il perd 487 sièges et 12 municipalités sur les 200 en jeu.

Ni l’apparition du Premier ministre Boris Johnson aux côtés du président ukrainien Zelensky, ni sa promesse démagogique d’envoyer les demandeurs d’asile au Rwanda n’ont suffi à lui faire retrouver les scores flatteurs de son parti lors des législatives de décembre 2019.

Entre-temps, si Johnson a commencé à « réaliser le Brexit » (son slogan de campagne en 2019), aucun des miracles qui devaient en découler ne s’est réalisé. Poussant des centaines de milliers de travailleurs immigrés à quitter le pays, il a engendré une pénurie de main-d’œuvre, et n’a pas réduit chômage et précarité. Les millions de livres autrefois dévolues au budget de l’Union européenne n’ont pas été réinvestis dans le système de santé (le NHS), dont l’état de délabrement a été confirmé par la mortalité effrayante – 180 000 morts – pendant la pandémie. Quant au retour à la prospérité pour le plus grand nombre, on en est loin, avec des factures d’énergie qui ont doublé en avril et une inflation qui approche les 10 %. Les révélations médiatiques au sujet des entorses de Johnson aux contraintes sanitaires en pleine pandémie (le « Partygate ») ont fait le reste.

La perte par le Parti conservateur de fiefs historiques, comme Westminster, au cœur de Londres, et Wandsworth, quartier chéri par Margaret Thatcher, découle notamment d’un désaveu du parti par sa base électorale traditionnelle, composée de patrons petits et moyens déçus par le Brexit. Certains ont visiblement choisi d’exprimer leur déception en votant pour un Parti travailliste qui, depuis le remplacement de Jeremy Corbyn par Keir Starmer, cultive, à la façon de Blair avant lui, l’image d’un parti « pro-business », respectueux de l’ordre établi.

Pour ce qui est de l’électorat populaire, il est notable qu’il ne s’est pas déplacé massivement pour voter travailliste. Le Labour Party ne faisant même plus semblant d’avoir quelque chose à offrir au monde du travail, il n’a réuni que 35 % des voix, conquérant peu de nouvelles villes dans les régions ouvrières du centre et du nord de l’Angleterre. Le dégoût envers le gouvernement conservateur s’est traduit par une abstention qui reste élevée, à 34 %. Et il a profité ici aux centristes du Parti libéral-démocrate, là aux Verts du Green Party, et en Écosse aux nationalistes du SNP. Si ces partis dénoncent volontiers la corruption et le cynisme des Tories (conservateurs), ils ne prétendent pas être autre chose que des gestionnaires plus progressistes du capitalisme, et les travailleurs n’ont rien à attendre ni des uns ni des autres.

Malgré le camouflet infligé à Johnson, aucun concurrent au sein de son parti ne prétend le démettre. Car il est évident que l’enjeu est de gérer l’ingérable : les effets domino du Brexit sur l’économie et sur l’unité du Royaume-Uni et, au-delà, le chaos produit par la combinaison de la crise mondiale du capitalisme et des tensions internationales liées à la guerre en Ukraine.

Johnson pourrait chercher à se sortir du guêpier en convoquant des législatives dans les mois à venir, afin de limiter sa débandade électorale avant que la vie quotidienne ne se dégrade encore. Quant aux travailleurs, l’issue pour eux ne passe pas par les urnes. Alors que les trusts pétroliers BP et Shell annoncent des profits sans précédent, c’est par la lutte qu’ils pourront reprendre aux capitalistes ce qui leur a été volé.

Thierry Hervé