Lubrizol : patron coupable, État complice

29 Septembre 2021

Deux ans après l’incendie de l’usine Lubrizol de Rouen, où plus de 10 000 tonnes de produits chimiques sont parties en fumée, des scientifiques dénoncent le refus de la direction de leur fournir les produits qui ont brûlé lors de la catastrophe. Ils souhaitaient reproduire l’incendie en espace confiné pour en étudier la toxicité.

Au même moment, et visiblement sous la pression de Lubrizol, le président de l’Université de Rouen (ancien vice-président chargé des partenariats et des relations avec les entreprises) a annulé à la dernière minute une journée d’étude universitaire sur l’incendie, prévue le 27 septembre.

La richissime multinationale, qui a fait passer les profits avant la sécurité des travailleurs et de la population, est confortée par l’État. Après avoir négligé les contrôles de sécurité avant la catastrophe, les autorités font tout pour minimiser ses conséquences. Et la justice se hâte lentement. C’est dans la logique d’un État qui protège avant tout les intérêts capitalistes.

Correspondant LO