CGT : le mythe du dialogue social

14 Octobre 2020

Interviewé dans le journal Les Échos, le 12 octobre, le secrétaire général de la CGT, Philippe Martinez, a dénoncé les conditions sanitaires dans les entreprises, la situation dans les hôpitaux, ou encore le fait que « le gouvernement subventionne le chômage partiel tout en laissant les entreprises faire des plans sociaux en même temps. »

Mais les militants de la CGT pourraient s’étonner d’entendre leur secrétaire général saluer les initiatives de Jean Castex qui, dès sa nomination comme premier ministre, a invité les syndicats à se réunir. « Il a été nommé un vendredi. Il m’a appelé dès le samedi et reçu une semaine après […] En un mois, je lui ai parlé quatre fois. C’était plutôt un bon départ », s’est-il félicité. Que peut-il sortir de positif pour les travailleurs de telles discussions avec des Castex, Le Maire, Macron et autres serviteurs de la bourgeoisie ? De la même façon Martinez se réjouit des « enjeux de la négociation qui va s’ouvrir » en parlant du télétravail. Mais quel que soit le sujet, que peut-on espérer de Renault, Airbus, Bridgestone, Alinea, Carrefour, tous ces grands groupes qui licencient des milliers de travailleurs ?

Laisser croire que des syndicalistes peuvent convaincre les représentants du patronat par le dialogue ne peut avoir qu’un résultat : désarmer les travailleurs.

Aline RETESSE