Rebrab, un patron défendu par ses ouvriers ?

08 Mai 2019

Jeudi 2 mai, le comité de solidarité avec les travailleurs de Cévital a organisé une marche à Béjaïa pour dénoncer l’incarcération de « Dda » Issad Rebrab, le patron de l’entreprise.

Près d’un millier de travailleurs du groupe ont défilé, certains venus de loin dans des navettes affrétées par Cévital. Des pancartes et banderoles confectionnées par l’entreprise dénonçaient l’arrestation de ce patron « innocent » et « injustement incarcéré ».

À en croire les organisateurs de la manifestation, les travailleurs et leurs familles devraient tout à ce milliardaire, présenté comme pourvoyeur d’emplois et créateur de richesses. Comme s’il leur faisait la charité ! C’est pourtant aux dépens des 18 000 employés de Cévital et de ses filiales que Rebrab a bâti sa fortune, estimée à près de 4 milliards de dollars. Un des animateurs du comité de soutien, petit patron en affaires avec Cévital et jouant sur la fibre du régionalisme, prétendait que « c’est parce qu’il est kabyle qu’il a été arrêté ». Alors que ce patron licencieur et qui interdit la constitution de tout syndicat dans ses usines en Algérie a soutenu pendant longtemps le régime qu’il dénonce aujourd’hui avec tant de virulence.

Bien des travailleurs ne sont pas forcément dupes et s’ils ont défilé, c’est davantage par crainte, si Rebrab reste en prison, pour l’avenir de l’entreprise et donc pour leur emploi.

M.N.