Bayer : suppression d’effectifs pour maintenir les profits

05 Décembre 2018

Le groupe agropharmaceutique Bayer a annoncé la suppression de plus de 10 % de ses effectifs dans le monde d’ici 2021. Cette restructuration massive n’a qu’un but : conduire à une augmentation importante des bénéfices dans les années à venir.

La restructuration touche avant tout les secteurs administratifs et de services, où 5 500 postes disparaîtront sur un total de 12 000 suppressions. La division agrochimique paiera aussi le prix fort, avec 4 100 postes supprimés. Elle comprend les activités de Monsanto, racheté par Bayer il y a moins de six mois pour la somme de 54 milliards d’euros. Comme lors de tous les rachats d’un trust par un autre, cette taille dans les effectifs servira à augmenter la productivité et à compenser en partie les sommes folles déboursées pour ce rachat.

Il s’agit aussi pour Bayer de rassurer les actionnaires et de limiter la baisse de son action en Bourse, qui a tendance à dégringoler depuis le rachat de Monsanto. Le procès gagné dernièrement par le jardinier d’une commune américaine contre Bayer-Monsanto concernant la dangerosité du glyphosate rend en effet les investisseurs nerveux. Car les 9 300 plaintes déposées contre Bayer-Monsanto au sujet de cet herbicide produit par Monsanto pourraient se traduire en procès coûtant des milliards d’euros à Bayer.

Le PDG de Bayer annonce cyniquement qu’il vise grâce à ce plan une importante augmentation du bénéfice rapporté par chaque action : de 5,70 euros attendus cette année à 6,80 euros en 2019, et même 10 euros en 2022. L’exploitation des quelque 100 000 salariés de Bayer servira à engraisser un peu plus les actionnaires.

Valérie FONTAINE