Laurent Retread – Avallon : agitation dans le pneu rechapé

12 Septembre 2018

Laurent Retread, à Avallon, dans l’Yonne, est une usine de 500 personnes environ, qui effectue le rechapage de pneus poids lourds ; elle a été rachetée en 2015 par Michelin.

Vendredi 31 août, la direction de l’usine a renvoyé chez eux presque tous les ouvriers des ateliers de cuisson et de finition des pneus, en expliquant que le groupe Michelin, qui rachète tous les pneus du type « achat », avait décidé de ne plus honorer sa commande parce qu’il avait, paraît-il, atteint ses quotas.

Puis, la semaine suivante, tous les ouvriers ont eu la surprise d’être convoqués, atelier par atelier, par le contremaître. Il leur a parlé en plein milieu de l’usine, devant tout le monde, mégaphone et schémas sur écran à l’appui. Il leur a longuement reproché leur manque de productivité, les accusant de mettre l’usine en péril. Pourtant les stocks de pneus finis sont pleins et le stock de carcasses à rechaper diminue à vue d’œil, ce qui prouve s’il en était besoin que les ouvriers incriminés avaient fait leur travail. Cela ne l’a pas empêché de les accuser d’avoir fait perdre 150 000 euros à l’entreprise et de dire qu’ils devraient dorénavant augmenter leur objectif de production de 50 %.

Michelin se plaint d’avoir atteint ses quotas, pas de manquer de production. De toute évidence, le contremaître a perdu les pédales et la direction a dû le rappeler à l’ordre les jours suivants. Le vendredi 7 septembre, il suppliait les ouvriers qu’il avait convoqués de bien vouloir faire des heures supplémentaires en semaine, les week-ends étant déjà travaillés. Il est même allé jusqu’à faire rappeler des ouvriers en vacances pour qu’ils reviennent à l’usine.

Il est évident que le groupe Michelin, qui a racheté Laurent Retread pour maîtriser davantage le marché du pneu rechapé, veut faire le ménage dans ce secteur fortement concurrentiel, face à d’autres grands groupes comme Continental ou Bridgestone mais aussi face aux fabricants asiatiques comme Hankook dont les pneus, neufs, sont moins chers que les rechapés européens.

Le groupe Michelin fait des pneus Laurent sa marque low cost de pneus rechapés mais voudrait aussi que ce soit rentable pour lui, sans faire de la concurrence aux pneus Michelin eux-mêmes, réputés relativement haut de gamme. Les travailleurs n’ont pas à en faire les frais.

Correspondant LO