Agriculture : une loi pour changer quoi ?

30 Mai 2018

L’examen au Parlement de la loi Agriculture et alimentation, suite à des mois de palabres au cours des états généraux de l’alimentation, montre que le gouvernement n’a aucune intention de gêner en quoi que ce soit les intérêts des grandes entreprises du secteur.

Peu importe si on laisse le glyphosate faire courir des risques aux travailleurs des champs. Peu importe si on laisse les enfants, dont un sur six est atteint d’obésité, être la cible de la publicité des vendeurs de boissons et d’aliments trop sucrés, trop gras ou trop salés. Le ministre Stéphane Travert, issu du PS, combat tous les amendements limitant un tant soit peu les profits à venir des industriels, souhaitant ne pas avoir « à inscrire des choses par trop contraignantes dans la loi ». Mais alors à quoi bon une loi ?

L’ambition affichée est de permettre aux agriculteurs de vivre de la vente de leur production. Évidemment, derrière le mot agriculteur se cachent aussi des capitalistes qui exploitent des salariés agricoles et qui n’ont aucun problème pour très bien vivre de leurs propriétés, dont la surface se compte en centaines d’hectares.

Mais il en va différemment des petits paysans, poussés à la ruine, la vente de leur lait, viande ou fruits à des industriels ou des géants de la distribution, se faisant à des prix inférieurs à leur coût de production. Cela alors qu’en magasin le consommateur paye l’alimentation au prix fort.

La loi discutée actuellement prétend « équilibrer des relations commerciales dans le secteur agricole et alimentaire ». Elle doit instaurer la « construction du prix à partir de l’amont » et met en avant le rôle de l’Observatoire de la formation des prix et des marges des produits alimentaires. Mais on ne voit pas pourquoi cette loi, plus que les précédentes, changerait quelque chose aux relations économiques déséquilibrées qui soumettent de petits propriétaires travaillant eux-mêmes dans leurs champs aux grandes entreprises riches en capitaux qui leur achètent leur production.

Le capitalisme, c’est le règne de la concurrence qui concentre, dans l’agriculture comme dans les autres secteurs de l’économie, le pouvoir et la propriété dans les mains toujours moins nombreuses mais plus puissantes des actionnaires des grandes entreprises. Il faudra bien autre chose qu’un tel texte parlementaire pour remettre en cause leur dictature sur l’économie.

L.D.