Aux origines du mouvement noir des années soixante, Linda Brown

04 Avril 2018
Linda Brown vient de mourir à 76 ans. Elle est moins connue que Rosa Parks ou Martin Luther King, mais elle et son père ont joué un rôle dans la mobilisation des Noirs américains qui marqua les États-Unis pendant une vingtaine d’années.

Quand elle avait 9 ans, en 1951, son père, originaire de Topeka (Kansas), déposa une requête devant la Cour suprême des États-Unis : mettre un terme à l’interdiction imposée aux Noirs de s’inscrire dans les écoles blanches, obligeant ses enfants, et d’autres, à fréquenter une école éloignée de chez eux, ce qui les forçait à franchir un passage à niveau dangereux.

Les Brown furent appuyés dans cette démarche par la NAACP, l’Association pour la promotion des gens de couleur, une organisation militante qui entendait faire progresser par la loi la condition des Noirs américains. S’attendant à un refus des autorités, l’association entreprit la même démarche dans plusieurs États. Le mouvement noir commençait sa longue marche. Seize ans plus tard, l’avocat de la NAACP deviendrait le premier juge noir de la Cour suprême.

Celle-ci rendit son verdict en 1954. À l’unanimité, elle déclara inconstitutionnelle la ségrégation dans les écoles publiques. Cette décision, connue comme « Brown contre le Bureau de l’éducation de Topeka », allait être le point de départ d’un changement dans les écoles américaines. Certes, elle n’entra pas en vigueur partout. D’autres combats furent nécessaires, comme à Little Rock, dans l’Arkansas, en 1957, où il fallut envoyer l’armée pour qu’une poignée d’élèves noirs intègrent une école. Et beaucoup reste encore à faire.

Même à Topeka, il fallut une nouvelle démarche devant des tribunaux pour montrer que, vingt-cinq ans après, la ségrégation dans les écoles n’y avait pas disparu, ce qui fut confirmé en 1993 et permit la construction de trois nouveaux établissements scolaires.

Dans son hommage à Linda Brown, l’actuel gouverneur du Kansas a souligné que, « parfois, ce sont les personnes les plus inattendues qui peuvent avoir un impact incroyable (…) pouvant changer le monde ». La démarche modeste des Brown fut en effet l’étincelle qui allait donner la force à tout un peuple de se lever pour faire entendre et imposer une partie de ses exigences.
 

Jacques FONTENOY