Baisse des APL : contre les plus pauvres

26 Juillet 2017

Le gouvernement vient d’annoncer une baisse des aides au logement (APL, ALF et ALS) de 5 euros par mois et par foyer à partir du mois d’octobre. Une nouvelle mesure antipauvres.

Ce gouvernement n’est pas le premier à s’attaquer aux APL. Mais, malgré ces baisses successives, 6,5 millions de foyers, soit 13 millions de personnes, en bénéficient encore, dont 60 % vivent sous le seuil de pauvreté.

Le gouvernement prétend que 5 euros, ce n’est pas grand-chose. Pour une personne au RSA c’est plus de 1 % de son revenu mensuel. Selon l’association ATD Quart Monde, « un allocataire du RSA touche 472 euros par mois. Une fois toutes ses dépenses courantes déduites, il ne lui reste que 58 euros pour se nourrir, soit moins de 2 euros par jour. Pour lui, 5 euros, c’est énorme. » Quant aux 800 000 étudiants qui touchent les APL, un sur quatre vit déjà sous le seuil de pauvreté, tandis que le loyer représente en moyenne plus de 50 % de leur budget. Pour eux aussi, 5 euros, c’est vital. Pour justifier cette mesure, certains accusent les APL de faire augmenter les loyers. C’est faux car les loyers, avec ou sans APL, n’ont cessé d’augmenter.

Le gouvernement prend ostensiblement aux pauvres pour donner aux riches. Ainsi, les 400 millions d’euros par an d’économies attendues iront remplir les cassettes des plus riches, car dans le même temps, l’ISF va baisser ! Les assistés ne sont pas ceux que l’on montre du doigt.

Line Kovic