Suppression de la taxe professionnelle : histoire de chiffres

11 Février 2009

Sarkozy a déclaré que la suppression de la taxe professionnelle allait coûter 8 milliards d'euros à l'État. L'Association des maires de France, dont le président est pourtant UMP, a immédiatement démenti : le montant de la taxe professionnelle perçue par l'ensemble des collectivités locales atteint près de 28 milliards, dont environ 10 milliards payés par l'État pour compenser des dégrèvements. Car, cela mérite d'être rappelé, les patrons ont déjà été dispensés d'une partie du paiement de la taxe professionnelle. En conséquence, conclut l'Association, « en cas de suppression, il resterait 18 milliards d'euros à trouver » et non 8 milliards, comme le prétend Sarkozy.

En réponse, le ministère des Finances a déclaré que la suppression de la taxe professionnelle se traduirait par une rentrée d'argent supplémentaire pour l'État. En clair, cela signifie que le gouvernement mise sur des rentrées fiscales liées à des bénéfices supplémentaires des sociétés.

C'est avouer que la suppression de cet impôt, loin de se traduire par des embauches ou des suppressions d'emplois en moins, augmentera d'abord et avant tout les profits des patrons.

J. S.