La Redoute - Rassemblement des employés à Paris : Pinault doit payer !

11 Février 2009

Lundi 9 février, les salariés des magasins « Redoute catalogue », dispersés dans toute la France, s'étaient donné rendez-vous devant le siège à Paris de PPR, le groupe Pinault qui possède et pressure, entre autres, La Redoute. Tous ces salariés (430), des femmes pour la plupart, doivent être licenciés puisque le plan social actuellement en cours prévoit de se débarrasser de tous ces magasins que la direction trouve insuffisamment rentables. Un bus de salariés de Roubaix, où 250 emplois doivent aussi être supprimés (licenciements ou externalisation), était venu les rejoindre.

C'est donc près de 250 employés qui se sont retrouvés vers midi devant le siège de Pinault, leur richissime patron. Le rassemblement, dynamique malgré la pluie incessante, a accueilli chaleureusement notre camarade Arlette Laguiller venue lui apporter son soutien.

Beaucoup de blouses étaient décorées par des slogans détournés du célèbre catalogue. Par exemple : « Vous n'avez pas fini de jouer avec La Redoute » était transformé en « La Redoute n'a pas fini de jouer avec ses salariés », ou encore « La Redoute solde ses salariés ». À noter que les employés des magasins ont recueilli 40 000 signatures de soutien des clients des « Redoute Catalogue ».

Mais justement les salariés ne veulent pas être soldés. Au-delà de toutes les revendications, comme le droit à une formation dont le coût ne soit pas limité ou le droit à au moins douze mois de congé reclassement payés par le patron en cas de licenciement, ce qui dominait était la volonté de ne pas se faire jeter dehors avec rien si l'on n'arrive pas à empêcher les licenciements ou les externalisations. Tout le monde a chiffré à 50 000 euros la somme supplémentaire à exiger du patron en plus des indemnités légales, y compris pour les CDD. « Pinault voyou, gouvernement ripoux » était un des slogans le plus entendu.

Un DRH a finalement décidé de recevoir une délégation, composée de délégués et d'employés des magasins. Il n'est rien sorti de concret de cette réunion mais tout le monde était content d'avoir montré que les employés de La Redoute n'étaient pas décidés à se laisser plumer par une des plus grandes fortunes du pays. Le principe d'un autre rassemblement a été voté.

Correspondant LO