Espagne - Hausse du chômage et réactions ouvrières

11 Février 2009

L'Espagne continue de battre les records d'Europe du chômage : le chiffre du chômage atteint officiellement 3 128 963 soit 13,4 % de la population active. Le ministre de l'Économie du gouvernement socialiste Zapatero, Solbes, a fini par admettre que la situation était « insolite » mais que tout allait s'arranger dans les mois qui viennent. Il a admis que les banques devaient faire le réel effort d'accorder des crédits aux entreprises nécessiteuses, reconnaissant par là même que les millions débloqués par l'État pour les banques et grandes entreprises avaient bien été utilisés à autre chose, autrement dit à continuer de spéculer en Bourse, aux rachats-reventes d'entreprises et autres juteux commerces.

En attendant, les réactions des travailleurs commencent à se faire entendre, face aux menaces qui pèsent de plus en plus sur l'emploi, aux licenciements dans les entreprises de construction et dans les entreprises sous-traitantes de l'industrie automobile. Des dizaines de milliers de travailleurs, dont de nombreux ouvriers de la General Motors, sont descendus dans la rue dimanche 18 janvier à Saragosse. Lundi 19, des ouvriers de Renault se sont rassemblés notamment à Séville où près de 300 travailleurs des équipes du soir et de nuit sont venus manifester devant le gouvernement provincial contre les mesures de chômage technique à venir.

Les syndicats, sentant le mécontentement, organisent des actions limitées, ville par ville, entreprise par entreprise. Mais face au plan d'ensemble des attaques patronales, un plan d'ensemble de défense des ouvriers est indispensable.

Correspondant LO