Saunier Duval-Airbus – Nantes : prêt d’ouvriers pour la même exploitation

07 Février 2024

Les patrons d’Airbus n’ont de cesse depuis des mois de se plaindre des difficultés qu’ils auraient à trouver la main-d’œuvre nécessaire pour assurer la production des milliers d’avions commandés… et, donc, pour garantir leurs profits.

Lors de la période du Covid, Airbus avait mis sèchement à la porte des centaines d’ouvriers intérimaires et bénéficié néanmoins des grasses aides financières de l’État.

Maintenant, en plus d’imposer des heures supplémentaires et des samedis travaillés aux salariés d’Airbus de Nantes-Bouguenais, ces patrons se sont récemment mis d’accord avec le groupe international Vaillant et son usine Saunier Duval de Nantes pour le prêt, pendant au moins un an, d’une cinquantaine d’ouvriers. Cette usine emploie 800 travailleurs pour produire des chaudières et surtout des pompes à chaleur ; du moins, elle le devrait. Car, malgré les centaines de millions d’euros d’aides publiques promises au secteur par le gouvernement, sous des prétextes écologiques (les pompes à chaleur le seraient davantage… si l’on en croit les industriels !), les projets de production des dirigeants de Saunier Duval se heurtent à la réalité de la crise économique : faute d’acheteurs, les stocks de pompes à chaleur invendues s’accumulent. Résultat, à l’usine Saunier-Duval de Nantes, après le licenciement de 200 intérimaires au printemps, les périodes de chômage partiel se succèdent depuis l’automne, aux dépens des salariés et de l’État.

C’est dans ce contexte que les patrons de Saunier-Duval et d’Airbus se sont entendus ; les premiers pour se débarrasser d’ouvriers qu’ils ne considèrent pas comme exploitables avec suffisamment de profit dans l’immédiat, et les seconds pour obtenir une main-d’œuvre payée aux salaires de Saunier Duval, inférieurs à ceux en vigueur chez Airbus. La pression du chômage partiel, le besoin vital d’un salaire complet et l’incertitude quant à l’avenir des emplois à Saunier-Duval ont fait le reste, poussant des salariés de Saunier-Duval à accepter d’être prêtés, malgré bien des réticences face aux contraintes pratiques et le regret de quitter leurs collègues.

Mais, pour la plupart, cela n’a rien de nouveau. D’un employeur à un autre, en intérim, en CDD ou en CDI, prêtés de secteur en secteur, d’usine en usine, d’entreprise en entreprise… chacun a déjà fait l’expérience que pour les patrons, les ouvriers ne sont que de la chair à produire en fonction des soubresauts de la crise. Et, que ce soit en fabriquant des pompes à chaleur, des avions ou tout autre chose, il n’y a de production que s’il y a du profit assuré aux patrons. Certains des « prêtés » de Saunier Duval à Airbus avaient d’ailleurs déjà été parmi les licenciés de l’aéronautique – qui n’a pourtant jamais réellement été en difficulté financière – à l’époque du Covid.

L’arrivée ces dernières semaines des travailleurs de Saunier Duval à Airbus est une nouvelle occasion de parler des problèmes communs à tous les travailleurs : des cadences qui augmentent à Saunier Duval – un comble, pour qui ne réfléchit pas en patron ! – comme à Airbus, jusqu’aux salaires qui décrochent partout face à l’inflation.

En déplaçant les ouvriers selon leur bon vouloir, en les mélangeant, les patrons montrent à leur façon que tous les travailleurs appartiennent bien à la même classe ouvrière. En prendre conscience, c’est commencer à s’armer pour l’avenir.

Correspondant LO