Salaires : la “smicardisation” et ceux qui la fabriquent

07 Février 2024

Dans son discours du 30 janvier devant l’Assemblée nationale, Gabriel Attal a dénoncé « la smicardisation de la France » et promis d’y mettre un terme.

Il faut un sacré culot aux macronistes pour dénoncer une situation qu’ils ont eux-mêmes encouragée, après leurs prédécesseurs. Année après année, des millions de travailleurs sont rattrapés par le smic et doivent vivre avec ce salaire, aujourd’hui 1 398,69 euros net par mois. En 2023, 17,3 % des salariés étaient payés au smic en France, contre 12 % en 2021. La période de forte inflation a accéléré cet alignement des salaires sur le palier bas.

Le smic est le seul salaire dont le montant doit être revalorisé quand l’inflation officielle dépasse 2 %. Il l’a donc été plusieurs fois depuis trois ans. Par contre, l’augmentation de tous les autres salaires dépend du bon vouloir des patrons, ou plutôt du rapport de force entre salariés et employeurs. En l’absence d’une augmentation générale de tous les salaires, des millions de salariés sont devenus smicards.

Les patrons rechignent d’autant plus à augmenter les salaires supérieurs au smic que les gouvernements successifs ont allégé les cotisations sociales patronales sur les salaires inférieurs à 1,6 fois son montant. Et ils les ont quasiment supprimées pour le smic, ce qui encourage les patrons à embaucher aux plus bas salaires.

Sans surprise, Attal ne prévoit pas d’imposer par la loi l’indexation automatique de tous les salaires sur l’inflation. Il a juste promis « d’agir pour que les branches professionnelles revoient leurs grilles et remontent les premiers niveaux quand ils sont en dessous du smic ». ­Catherine Vautrin, la nouvelle ministre du Travail, promet « de réaliser des contrôles ». Les patrons doivent trembler… de rire.

Vautrin envisage plus sérieusement deux autres pistes : réduire davantage les cotisations patronales sur les salaires supérieurs au smic, ce qui viendra vider un peu plus les caisses d’allocations familiales, de l’Assurance maladie ou du chômage ; ou baisser les impôts des salariés gagnant un peu plus que le smic. Une fois de plus, tous les moyens sont bons pour ne pas faire payer le patronat.

Vautrin a tenu à préciser que « le smic ne sera pas supprimé », ce qui signifie que l’hypothèse a été envisagée ! Certains commentateurs, exprimant les désirs du patronat, proposent de le régionaliser, autrement dit de baisser son montant dans certaines régions, sous prétexte que le coût de la vie y serait moindre que dans les grandes métropoles. Mais, à Paris comme dans la Creuse, on ne peut vivre décemment avec moins de 2 000 euros net par mois. Tous les salaires devraient être non seulement indexés sur le coût de la vie mais massivement augmentés.

Le salaire de tous les travailleurs, au smic ou pas, ne représente qu’une infime fraction des richesses qu’ils créent par leur travail. Tant que durera le salariat, il n’y a qu’une façon légitime d’augmenter les salaires : transférer aux travailleurs une partie bien plus grande des richesses créées, en réduisant les profits patronaux.

Xavier LACHAU