Inflation : la fin n’est pas pour demain

07 Février 2024

La plupart des négociations entre les industriels de l’agroalimentaire et les distributeurs se sont achevées le 31 janvier dernier.

Ces négotiations devraient déboucher, selon les industriels eux-mêmes, sur une nouvelle hausse des prix comprise entre 2 et 3 %.

Cette hausse moyenne cache en réalité une réelle flambée sur un certain nombre de produits de consommation courante. Ainsi, le jus d’orange, le cacao ou l’huile d’olive devraient voir leurs prix augmenter de 20 %, de l’aveu même des distributeurs.

L’augmentation de ces prix alimentaires (+ 20 % sur les deux dernières années) va s’ajouter à celle de nombreuses dépenses frappant les ménages populaires, comme les transports, les péages, les assurances ou encore les forfaits téléphoniques. Sans parler de l’énergie, avec la nouvelle augmentation des prix de l’électricité de 10 % depuis le 1er février et une hausse du même ordre d’ores et déjà prévue sur ceux du gaz en juillet prochain.

Cela fait des mois que le gouvernement prône la patience aux travailleurs, leur promettant une fin prochaine de l’inflation. Le ministre de l’Économie, Bruno Le Maire, avait même annoncé triomphalement à l’automne dernier que l’avancée de la date des négociations qui viennent de s’achever était de nature à faire baisser les prix... avec le résultat que l’on voit.

David Mencas