Safran Saint-Quentin-en-Yvelines : un barbecue de lutte

31 Janvier 2024

Après le succès du premier débrayage mardi 23 janvier, les salariés de Saint-Quentin ont remis ça jeudi 25. Il y avait toujours beaucoup de monde et cette fois-ci, le cortège est allé à la cantine parler notamment aux collègues des bureaux, qui sont évidemment aussi concernés.

Pour rappel, ce n’est que 1,25 % d’augmentation générale et 1,25 % en augmentation individuelle que tout le monde ne touchera donc pas. Les hausses seront donc à peine visibles sur la fiche de paie... La colère est bien là ! Dès mardi 30 janvier, les travailleurs ont été encore très nombreux à se retrouver sur le parking pour un barbecue de lutte. Des collègues des bureaux et même des cadres étaient présents en plus des ouvriers et techniciens des ateliers, ainsi que des collègues de Corbeil. Et cette fois le débrayage a duré au minimum 2 heures en fin d’équipe du matin de même qu’au début de celle d’après-midi.

L’objectif maintenant est de se retrouver jeudi 1er février avec tous les collègues du groupe à Corbeil où se trouve le siège.

La direction a cru que sa « proposition » ridicule passerait sans problème. Elle s’est trompée. Les salariés l’ont prise comme une provocation et ont décidé de réagir. Et ils veulent de vraies augmentations, à la hauteur de la hausse des prix subie depuis des mois, mais aussi des profits réalisés sur leur travail par Safran.

Correspondant LO