France-Niger : l’épreuve de force continue

31 Janvier 2024

Les présidents du Niger, du Burkina Faso et du Mali ont annoncé le 28 janvier que leurs pays quittaient la Cédéao, l’organisation régionale d’Afrique de l’Ouest, l’accusant à juste titre d’être sous l’influence des puissances étrangères, c’est-à-dire des pays impérialistes comme la France.

Cette décision est la conséquence directe des attaques de la Cédéao contre les gouvernements et la population de ces trois pays dans lesquels des juntes militaires ont renversé les dirigeants inféodés à la France. Auparavant, l’armée française y était présente sous prétexte de lutter contre les attaques djihadistes. Son impuissance à défendre les habitants allant de pair avec le soutien de Paris à des régimes corrompus a rapidement suscité un profond rejet dans la population. Les chefs militaires des trois pays n’ont eu qu’à s’appuyer sur ce sentiment pour prendre et garder le pouvoir.

Après le renversement au Niger en juillet dernier du président Mohamed Bazoum par la junte menée par le général Tiani, la Cédéao, à l’instigation de la France, a menacé le pays d’une invasion armée et décrété la fermeture de ses frontières. Le Mali et le Burkina Faso se sont aussitôt déclarés solidaires du Niger et ont fondé avec lui une nouvelle organisation, l’Alliance pour le Sahel. Si la Cédéao a rapidement dû renoncer à toute intervention armée, les sanctions économiques persistent et affament la population nigérienne.

C’est en réaction à cette politique de la Cédéao qu’est intervenue la décision des trois pays. Elle aura certainement le soutien de la population, comme l’a eu la mise à la porte des troupes françaises et tous les gestes marquant le rejet de l’influence de l’ancien colonisateur. Mais ce n’est pas parce que Tiani et ses semblables du Mali et du Burkina sont pour l’instant brouillés avec les représentants de l’ancienne puissance coloniale française que leur politique offre une quelconque perspective aux travailleurs. Ils ne prétendent d’ailleurs même pas permettre à la population de profiter un tant soit peu des maigres richesses de ces pays. Tout au plus diversifieront-ils peut-être la nationalité des groupes industriels qui les pillent, maintenant encore les travailleurs du Niger, du Mali et du Burkina dans leur situation désespérée, celle de la population des pays pauvres dans le système impérialiste. Quand ils affirment vouloir lutter contre la corruption, cela signifie simplement qu’ils entendent prendre la place des anciens dirigeants corrompus, et malheur à ceux qui voudront s’interposer entre eux et la mangeoire. Tiani, auparavant dirigeant de la garde présidentielle, voudra les faire taire au besoin par les armes, comme il s’opposera à tout mouvement populaire pour améliorer le sort de la population. Quant à remplacer les bandes armées françaises par d’autres, probablement russes, cela ne protègera pas davantage les habitants menacés, et continuera à jeter dans des bras djihadistes toute une jeunesse sans avenir.

Pour assurer leur survie matérielle et se défendre contre les djihadistes, les classes populaires des pays du Sahel ne peuvent compter que sur elles-mêmes, sur leurs luttes, sur leurs liens avec les travailleurs d’autres pays, et certainement pas sur les sauveurs en treillis qui se sont hissés au sommet de l’État.

Daniel MESCLA