RATP : ça bouge sur la ligne 9

24 Janvier 2024

Vendredi 19 janvier, à la conduite du métro, une centaine de services sur 175 ont été touchés par une grève de 59 minutes partie de la base.

Le mécontentement était palpable depuis quelque temps. Les conditions de travail ne cessent de se dégrader : retards en ligne systématiques, même sans incident majeur, à peine le temps entre deux trains pour aller aux toilettes, etc. Mais la goutte d’eau qui a fait déborder le vase a été l’annonce que les vacances d’été seront limitées à quinze jours de juillet à septembre, pour cause de JO, et encore, seuls les mieux classés y auront droit. Cela a provoqué beaucoup de réactions : « La direction supprime nos vacances d’été et veut nous faire bosser pendant les JO sans que ça ne lui coûte un sou. » En effet, elle parle bien d’une prime, mais de 1 300 euros brut maxi, soumise à de telles conditions que peu la toucheraient.

La journée a donné lieu à beaucoup de discussions entre conducteurs. À Mairie-de-Montreuil, vingt d’entre eux se sont réunis et, après discussion, ont voté leurs revendications : une augmentation de salaire de 300 euros et une prime JO de 3 000 euros net sans conditions. Un appel à un nouveau débrayage a été lancé pour le mardi 30 janvier. L’idée d’une action le 14 février, jour du match PSG-Real (le Parc des Princes est desservi par la ligne 9), fait aussi son chemin.

Correspondant LO