OTAN : les grandes manœuvres

24 Janvier 2024

Le 18 janvier, le général américain Christopher Cavoli, commandant suprême des troupes de l’OTAN en Europe, a annoncé des manœuvres d’une ampleur inédite depuis 1988, qui se déploieront de l’Atlantique à l’Europe de l’Est.

Sans la nommer, l’entraînement met la Russie en ligne de mire pour « protéger nos valeurs et l’ordre international », explique le général. De février à mai prochain, 90 000 soldats, 50 navires de guerre, 80 avions et 1 100 véhicules de combat seront déployés, en particulier vers la mer Baltique, en Allemagne, dans les pays Baltes et en Pologne. L’ensemble des 31 pays membres de l’OTAN, dont la France, seront engagés, ainsi que la Suède, candidate à l’entrée dans l’alliance. Les États-Unis vont renforcer leur contingent en Europe et la Grande-Bretagne mobilisera 20 000 soldats.

Si une simulation de guerre d’une telle envergure ne s’était pas vue en Europe depuis la fin de la guerre froide, les manœuvres de l’OTAN se sont accélérées depuis l’invasion de l’Ukraine par Poutine. Ainsi, en avril dernier, elle avait déployé 25 000 soldats en Suède et, en juin dernier, avait organisé les plus grandes manœuvres aériennes de son histoire en Allemagne et en Europe centrale. Ces entraînements, qui regroupent jusqu’à des dizaines de pays, permettent de tester hommes et matériels dans des préparations au combat.

Mais l’objectif est aussi de renforcer l’adhésion des opinions publiques à ces préparatifs de guerre. Car les médias ne manqueront pas de relayer le spectacle de ces déploiements militaires, en présentant les troupes de l’OTAN comme le bouclier de « nos libertés », de « nos valeurs », cherchant à faire oublier que les seules valeurs que protègent les grandes puissances, quand elles font la guerre, ce sont les profits de leurs capitalistes !

Boris SAVIN