Île Maurice : la population confrontée à l’inertie du gouvernement

24 Janvier 2024

Le passage du cyclone Belal à Maurice a fait deux morts par noyade et les pluies torrentielles ont inondé nombre de quartiers populaires et emporté quelque 108 véhicules dans la capitale Port-Louis.

En 2013 déjà, deux heures de pluies torrentielles sur Port-Louis avaient entraîné des crues qui avaient submergé une partie de la capitale et provoqué la mort de dix habitants.

Suite à ce désastre, Suresh Boodoo, l’ancien directeur de la météo, avait estimé indispensable de « lancer une campagne de reboisement afin de retenir le sol et de prévenir l’érosion, mais aussi de mettre en place un système de canalisation de l’eau », pour éviter que ne se reproduise une telle catastrophe. Aujourd’hui il ne peut que constater amèrement : « nous n’avons pas encore mis en œuvre ces mesures, malgré l’écoulement du temps. »

Avec le réchauffement climatique, l’océan Indien dans lequel baignent Maurice et La Réunion se réchauffe de manière intense, créant un environnement propice à des événements extrêmes. Dans cette situation, il serait plus que vital de réaliser les travaux nécessaires pour contenir les eaux de pluie.

Ce n’est pas la priorité du gouvernement mauricien, qui porte la responsabilité de ces nouveaux morts.

C.D.