Nos lecteurs écrivent : comment on peut être mis dehors

17 Janvier 2024

« Je travaillais depuis son ouverture il y a trois ans, avec une vingtaine de collègues cuisiniers et serveurs, dans un restaurant de la chaîne Vapiano, à Plaisir dans les Yvelines. En quelques heures, le 29 novembre 2023, nous nous sommes retrouvés à la porte, sans travail, et depuis nous sommes sans revenu.

Ce jour-là, l’agent de nettoyage a dit à l’une d’entre nous qu’il ne viendra plus faire le ménage parce que son patron lui avait annoncé que le restaurant allait fermer définitivement le jour même ! À partir de là, tout le monde a été prévenu et est venu au restaurant. Et c’est devant nous tous réunis que le directeur a annoncé que le restaurant allait fermer le jour même et être mis en redressement judiciaire, en ajoutant qu’il fallait assurer le service du midi et qu’ensuite il nous expliquerait tout.

Le service terminé, le directeur nous a annoncé….qu’il n’avait rien à nous dire et que le mandataire judiciaire nous expliquerait tout.

Nous étions tous abasourdis.

Nous avons été convoqués, le 11 décembre, pour rencontrer le mandataire judiciaire à qui nous avons fourni tous les documents demandés pour pouvoir nous inscrire à Pôle emploi. Mais pour nous donner ce qu’il faut pour toucher le chômage, il nous a d’abord demandé de patienter 21 jours, maintenant il faudrait attendre fin janvier. Nous n’avons donc rien touché depuis fin novembre. Comment faire pour vivre, nous nourrir, payer les factures ? Et avec le prélèvement du loyer qui risque d’être rejeté ? Si le mandataire a le temps, nous ne l’avons pas ! Il y a de quoi être révolté et je suis en colère.

La direction évoque la crise du Covid qui aurait mis à mal l’entreprise, mais Vapiano est une grande chaîne de restauration qui a compté jusqu’à 230 restaurants dans le monde et les bénéfices accumulés devraient permettre les indemnisations. En tout cas, il n’y a pas de raison d’être sacrifiés et encore moins de cette façon-là.

Un lecteur de Plaisir (Yvelines)