ArcelorMittal – Dunkerque : qui a beaucoup pollué sera beaucoup subventionné !

17 Janvier 2024

Lundi 15 janvier, les ministres des Finances et de la Transition écologique, Le Maire et Béchu, sont venus à la centrale nucléaire de Gravelines et à l’usine ArcelorMittal de Dunkerque annoncer le soutien gouvernemental à la décarbonation. Soutien qui sera évidemment d’abord financier.

L’usine sidérurgique ArcelorMittal produit chaque année 6,5 millions de tonnes d’acier, mais aussi de très grosses quantités de CO2, gaz à effet de serre, depuis soixante ans, sans compter d’autres importants rejets nocifs. Elle a beaucoup pollué les travailleurs du site et les riverains.

Maintenant, pour être dans la « transition écologique » et posséder des installations neuves, sont prévues deux aciéries électriques et une unité de réduction directe du fer, alimentées par l’électricité et le gaz, voire l’hydrogène, qui devraient se substituer à un haut fourneau au charbon (coke). Cela permettrait d’obtenir une réduction de 6 % des rejets industriels de tout le pays.

L’investissement annoncé est de 1,8 milliard d’euros. Pour un trust comme ArcelorMittal qui a fait entre janvier 2021 et septembre 2023 un bénéfice net de 25,5 milliards d’euros, ce n’est pas une grande dépense. Mais qu’à cela ne tienne : l’État va directement le subventionner pour 850 millions d’euros. De plus, l’entreprise publique EDF a signé avec ArcelorMittal une lettre d’intention pour la fourniture d’électricité à long terme par la centrale nucléaire de Gravelines. Le prix conclu pour le kilowatt-heure a été tenu secret par les uns et les autres. C’est dire s’il doit être bas et à la charge des usagers d’EDF et des contribuables.

On ne sait pas si la planète se portera mieux de l’opération, mais les actionnaires du pollueur ArcelorMittal sans aucun doute !

Correspondant LO