Union européenne : des barbelés toujours plus hauts

10 Janvier 2024

Les dirigeants de l’Union européenne se sont réjouis d’une grande victoire diplomatique mercredi 20 décembre : le vote d’un nouveau pacte sur l’asile et les migrations. En réalité, il s’agit d’un nouveau durcissement des règles d’accueil des travailleurs migrants.

Une bonne partie de l’accord consiste en dispositions déjà prévues mais inappliquées, comme la répartition obligatoire des migrants entre les différents pays européens. Les États qui refusent de souscrire à cette répartition pourront verser à la place une contribution financière.

Mais, surtout, le texte prévoit d’expulser encore plus rapidement les migrants qui viendraient d’un pays pour lequel le statut de réfugié est rarement accepté. 30 000 places supplémentaires seraient construites dans des centres de rétention à proximité des aéroports ou des frontières. Elles pourraient permettre de détenir jusqu’à 120 000 migrants, y compris, ce qui était interdit jusque-là, des familles avec de jeunes enfants, et les délais de rétention pourraient être allongés.

L’UE prévoit un système pour veiller au bon respect des droits humains dans ces centres… C’est le comble du cynisme, puisque le durcissement de tous les critères aboutira à rendre toujours plus dangereuses les routes migratoires et à multiplier le nombre de morts. Amnesty International, Oxfam, Save the children et d’autres ONG dénoncent cette politique criminelle, qui remet en cause les quelques droits, déjà bien restreints, dont pouvaient parfois bénéficier les migrants, alors que ceux qui fuient la misère et la guerre sont de plus en plus nombreux, à mesure que l’impérialisme pourrit sur pied.

Camille PAGLIERI