Nos lecteurs écrivent Les idées de Papon sont toujours là !

10 Janvier 2024

Enseignant, je décide d’expliquer à mes élèves de quatrième la signification du nom de la rue où nous sommes en banlieue parisienne : « 17 Octobre 1961 ». Durant mon petit exposé sur cette journée qui a vu la répression sanglante des Algériens par la police du préfet Papon, je m’aperçois qu’un passant s’est approché et m’a écouté. Il m’interrompt brutalement : « Vous ne pensez pas qu’ils sont trop jeunes pour entendre parler de ça ? Ce n’est pas avec ce genre de discours qu’on va leur faire aimer la France. »

Voilà sans doute comment les idées de « préférence nationale » conduisent à aborder l’histoire de la France coloniale. La réponse a été donnée par les jeunes : « Mais, Monsieur, il n’y a pas d’âge pour apprendre l’Histoire... »

M. Q., Seine-Saint-Denis