Les assurés paient, les assureurs encaissent

10 Janvier 2024

Des centaines de communes ont vu leur contrat d’assurance résilié au 1er janvier 2024, venant s’ajouter à la centaine qui ne trouvait déjà plus d’assureur. Pour d’autres, le coût de l’assurance a augmenté parfois de 70 %.

Alors que le Pas-de-Calais se retrouve à nouveau inondé, les assureurs trouvent que décidément les catastrophes climatiques sont trop fréquentes, et leur coûtent trop cher ; ils se plaignent aussi du coût des émeutes de l’été dernier. De nombreuses communes vont donc se retrouver sans assurance, et ne savent pas comment elles pourront assumer le coût des réparations en cas de futurs sinistres.

En ce qui concerne les particuliers, de nombreux habitants du Pas-de-Calais vont devoir à nouveau nettoyer et réparer leur logement, alors que les dégâts de l’automne n’ont même pas encore été remboursés ni réparés, ou venaient juste de l’être. Les dégâts dans les habitations devraient être remboursés par les assurances, en revanche, les voitures qui ne sont assurées qu’au tiers ne sont pas couvertes dans le cas d’une catastrophe naturelle, comme une inondation.

Face aux effets de la crise climatique, les assureurs ont déjà prévu d’augmenter la garantie pour catastrophe naturelle, obligatoire pour tous les contrats d’assurance dommages, qui passera de 12 à 20 % en janvier 2025. Et ils prévoient aussi des augmentations des prix des assurances habitation, qui pourraient doubler avant 2050.

Et personne ne croira que les sociétés d’assurances sont à plaindre.

Hélène COMTE