L’aide alibi de la France

10 Janvier 2024

Dans la nuit du 5 janvier, Macron s’est réjoui sur X (ex-Twitter) du largage de sept tonnes d’aides humanitaires pour un hôpital du sud de Gaza.

L’opération aéroportée de l’armée française, menée conjointement avec un appareil et un équipage jordanien, a été présentée en France comme un quasi-exploit. Les sept tonnes de matériel médical parachutées s’ajoutent aux 700 tonnes d’aides promises par la ministre des Affaires étrangères, Catherine Colonna, mi-décembre à Beyrouth, alors que 200 tonnes ont, paraît-il, été déjà convoyés dans l’enclave. Vis-à-vis de l’opinion publique en France le gouvernement veut apparaître en champion de l’aide humanitaire pour la population de Gaza.

Après avoir affiché un soutien inconditionnel à Netanyahou en octobre, Macron, dirigeant d’une puissance impérialiste de seconde zone qui ne pèse quasiment d’aucun poids au Moyen-Orient, a pris quelque distance en demandant un cessez-le-feu, sans pour autant rompre les relations diplomatiques et encore moins économiques avec Israël. La dérisoire aide humanitaire actuelle ne fera pas oublier le soutien apporté à l’État israélien et aux massacres perpétrés à Gaza.

Boris SAVIN