JO : vers un chaos olympique ?

10 Janvier 2024

Comment permettre à 15 millions de visiteurs de se déplacer pendant les Jeux Olympiques dans une agglomération aux transports en commun saturés et où on compte régulièrement plus de 100 km de bouchons les jours de semaine ? Beaune et Pécresse proposent de supprimer les voyageurs.

Rendue publique par Le Canard enchaîné, une lettre du préfet de police de Paris à Valérie Pécresse, présidente LR de l’autorité de régulation des transports d’Île-de-France, signale que, onze lignes de métro, cinq lignes de RER et autant de Transiliens étant déjà saturés, dans certaines zones il ne sera « possible d’acheminer les spectateurs que si tous les autres voyageurs étaient dissuadés ou presque ».

« On ne va pas être prêt », confirme la maire PS de Paris Anne Hidalgo, visant Pécresse et le gouvernement, même si elle est elle-même accusée par le président de l’association 60 Millions d’automobilistes de n’avoir pas évalué les répercussions des restrictions de circulation et des zones réservées qui entraveront le trafic et les livraisons de marchandises.

Selon Pécresse et Beaune, ministre des Transports, tout se passera bien… à condition, pour Pécresse, que le maximum de salariés soient mis en télétravail à 100 % et laissent la place dans les transports, comme pendant le Covid. Beaune, quant à lui, recommande tout bonnement de prendre des congés… mais pas aux travailleurs des secteurs participant à l’organisation des JO. Ceux-là, grâce à un décret gouvernemental, le patronat pourra les priver de leur jour de repos hebdomadaire.

La France serait le seul pays au monde à ne pas se réjouir que les Jeux aient lieu chez elle, déplore Pécresse. Pourtant, sauf quelques patrons par l’odeur du profit alléchés, personne n’en veut nulle part. Avec 8,7 milliards d’euros gaspillés et un tel chaos à l’horizon, on se demande bien pourquoi…

Sacha Kami