États-Unis : licenciements dans l’automobile

10 Janvier 2024

Les trois grands constructeurs automobiles des États-Unis ont annoncé des licenciements dans plusieurs usines du Michigan et de l’Ohio : 1 300 chez General Motors, plusieurs centaines chez Stellantis et chez Ford.

De nombreux salariés ont pris cela comme une gifle : il y a quelques mois, lors de la renégociation des contrats entre leur entreprise et le syndicat de l’automobile UAW, ils avaient largement voté pour la grève. Après plusieurs semaines où seulement une partie des usines ont effectivement été mobilisées, l’UAW a signé avec les constructeurs des accords comprenant des hausses de salaire, accords ratifiés par une majorité de salariés. L’annonce des licenciements par ces entreprises apparaît comme leur réponse.

La direction de l’UAW ne propose nullement d’engager la lutte contre ces licenciements, elle ne les dénonce même pas, comme le souligne le journal trotskyste The Spark dans sa dernière édition (1er janvier). Face à des multinationales de l’automobile qui suppriment des milliers d’emplois depuis des années, il faut imposer, là-bas comme ici, le partage du travail entre tous sans perte de salaire !

M. B.