Hôpital Trousseau – Tours : le mécontentement éclate

06 Décembre 2023

Mardi 28 novembre en début d’après-midi, plusieurs dizaines de travailleurs de différents services de l’hôpital Trousseau (le site du CHRU au sud de l’agglo de Tours), accompagnés de quelques représentants des syndicats, se sont rassemblés devant l’entrée pour crier leur ras-le-bol.

40 % des services s’étaient déclarés en grève, certains le sont déjà d’ailleurs depuis plusieurs semaines, même s’ils sont assignés en quasi-totalité. Comme dans la plupart des hôpitaux du pays, la revendication essentielle est d’avoir des effectifs en nombre suffisant !

Il y en a assez des plannings bouleversés au dernier moment, de devoir s’occuper seule de 17 à 18 patients la nuit, de devoir laisser un service en charge à deux nouvelles venues et une intérimaire, de devoir tout assurer avec six aides-soignantes au lieu de onze à l’effectif théorique… et tant d’autres exemples évoqués au rassemblement. Les syndicats chiffrent à 200 les embauches nécessaires sur le site, le DRH en annonçait 70 « pour du remplacement ».

À peine quelques jours auparavant, dans la presse locale la directrice du CHRU se déclarait « ouverte au dialogue social ». Mais dans les faits, les grévistes ont reçu un mail pour leur interdire de porter la blouse si elles n’étaient pas en poste, c’est-à-dire lors du rassemblement ! Durant celui-ci, des cadres ont braqué leurs appareils photo sur les participants, et la directrice a refusé la participation de travailleurs à la rencontre qu’elle proposait aux syndicats, que ceux-ci ont alors déclinée.

Dans la même interview elle se plaignait, comme nombre de ses congénères, de l’absentéisme du personnel « qui désorganise les services ». Mais celui-ci est le résultat direct de la politique de tous les responsables de la Santé : le manque d’effectifs, les conditions de travail dégradées aboutissent à l’épuisement, qui engendre les arrêts et même carrément les départs. Sans des crédits massifs permettant des embauches massives, par centaines, dans tous les hôpitaux, rien ne pourra diminuer cet absentéisme. Mais les milliards nécessaires à une telle politique, sont plutôt consacrés par les gouvernants aux budgets militaires.

Correspondant LO