Israël-Palestine : 75 ans d’une politique guerrière

16 Mai 2023

Le 2 mai un militant nationaliste palestinien est décédé dans une prison israélienne, au terme de 86 jours de grève de la faim. Cette mort a ravivé la colère des habitants de Gaza et fourni, s’il en était besoin, un nouveau prétexte aux attaques meurtrières d’Israël, que le gouvernement de coalition droite-extrême droite qualifie de préventives.

Parmi les 4 900 détenus politiques palestiniens enfermés par Israël, plus de mille le sont au titre d’une « détention administrative », sans jugement, sans même une inculpation, sans possibilité de défense juridique. Khader Adnane, boulanger à Jénine, était de ceux-là. Militant se revendiquant d’un groupe nationaliste concurrent du Hamas au pouvoir à Gaza, il connaissait les geôles israéliennes et n’en était pas à sa première grève de la faim pour obtenir que ses droits minimums soient respectés. Mais, traités avec « trop d’égards » selon le ministre de l’Intérieur d’extrême droite Ben Gvir, les détenus palestiniens font partie des victimes des directives ultrarépressives récemment appliquées dans les prisons. Adnane n’a donc même pas été transféré à l’hôpital.

Avant un cessez-le-feu, forcément temporaire, conclu le 13 mai sous l’égide des autorités égyptiennes, il y a eu plusieurs jours d’escalade meurtrière. À des tirs de roquettes envoyées de Gaza après la mort d’Adnane a répondu le déclenchement, le 9 mai, de l’opération israélienne Bouclier et flèches, consistant en des bombardements dits ciblés, à l’issue desquels Netanyahou, l’armée et la sécurité intérieure se félicitent d’avoir tué six militants palestiniens qu’ils considèrent comme des responsables de groupes armés. Ces frappes « propres » ont au passage tué également la famille et les voisins des militants visés, si bien que 34 personnes ont été tuées et 190 autres blessées. Mais il ne s’agit, selon le communiqué israélien, que de « victimes civiles inévitables dans l’environnement densément peuplé de Gaza » !

En effet, Gaza est surpeuplée, des milliers de réfugiés palestiniens y ayant trouvé abri depuis trois quarts de siècle. Ces faits coïncident en effet avec le 75e anniversaire de la naissance de l’État d’Israël le 14 mai 1948, sur un territoire qui était loin d’être un désert car peuplé de centaines de milliers de Palestiniens, agriculteurs, éleveurs, commerçants… Des centaines de milliers de Juifs qui avaient survécu à la barbarie nazie espéraient, pour la plupart, trouver en Israël un État pacifique, juste, animé d’intentions presque égalitaires, ainsi que certains aspects de la propagande sioniste le laissaient entendre.

En fait, la création ­d’Israël s’est faite sur la base de l’expulsion violente d’une partie de la population arabe palestinienne, celle dont les descendants vivent encore aujourd’hui dans les camps de réfugiés des pays voisins. L’État israélien s’est fait l’acteur du vol des terres palestiniennes et, en fait d’égalité des droits, a fait de ses habitants arabes des citoyens de seconde zone. Il a organisé l’occupation de la Cisjordanie et couvert sa colonisation par des colons conquérants et racistes. Leur extrémisme religieux et leur idéologie d’extrême droite ont fini par prendre en otage la population juive israélienne elle-même, au point qu’elle manifeste maintenant toutes les semaines contre l’évolution autoritaire de cet État qui leur promettait la liberté.

Il n’y avait aucune raison pour qu’Arabes palestiniens et Juifs rescapés des camps ne puissent vivre ensemble. C’est toute l’orientation nationaliste, anti-arabe et pro-impérialiste qui a fait de l’État d’Israël un nouveau facteur d’oppression et l’acteur de guerres permanentes, dont souffre sa propre population. Pour la population arabe de Gaza, de Cisjordanie, de Jérusalem-Est, mais également pour la population arabe et juive d’Israël même, c’est un triste anniversaire que célèbre son gouvernement.

Viviane LAFONT