Trusts pétroliers : bénéfices record

19 Janvier 2023

En 2022, la crise de l’énergie a énormément profité aux trusts pétroliers, qui ont cumulé 200 milliards de dollars de bénéfices.

Les profits des deux majors américaines Exxon­Mobil et ­Chevron devraient frôler les 100 milliards en 2022. Quant aux quatre plus grands groupes pétroliers européens – BP, Shell, Total­Energies et Equinor, la compagnie étatique norvégienne – ils se partagent une somme équivalente.

Les automobilistes du monde entier auront contribué à l’accroissement de ces magots, à chaque passage à la pompe. L’explosion des prix des carburants a aussi alimenté l’inflation générale sur toutes les marchandises, via les factures de transport.

Ces profits gigantesques sont à comparer aux budgets de quelques organismes internationaux. En 2022 les bénéfices des pétroliers équivalent à vingt fois le budget que l’ONU a consacré à aider 27 millions de réfugiés dans le monde, et trente fois celui alloué à l’OMS pour la santé.

Ces trusts vont pouvoir augmenter les dividendes versés aux actionnaires. À cela s’ajoutent les sommes consacrées à racheter des actions. Ainsi, Exxon a gaspillé 50 milliards de dollars en trois ans pour racheter les siennes propres et les détruire, fournissant de l’argent frais à ses actionnaires et faisant mécaniquement monter le cours des actions restantes.

Les pétroliers européens ne sont pas en reste. Ils s’apprêtent à verser 78 milliards de dividendes à leurs actionnaires et à les enrichir encore un peu plus en rachetant pour 44 milliards d’actions.

Exproprier ces trusts et les placer sous le contrôle des travailleurs est une nécessité. Les sommes énor­mes engrangées et leurs moyens de production doivent être mis réellement au service de la population.

Lucien DÉTROIT