Marseille

19 Janvier 2023

Par un clair soleil et un vent glacial, les manifestants étaient des dizaines de milliers et formaient un vrai fleuve pour descendre La Canebière et s’engager par le boulevard d’Athènes vers la place Castellane.

Si le groupe de tête était parti à 10 h 30, les cortèges attendaient encore nombreux, deux heures plus tard, de pouvoir quitter le point de départ. Slogans et pancartes s’en prenaient bien sûr à la réforme des retraites, et on entendait aussi : « Les vieux dans la galère, les jeunes dans la misère, on n’en veut pas de cette société là ! »

Si les retraités étaient nombreux, qui tenaient à ce que les générations à venir puissent elles aussi bénéficier d’une retraite, des plus jeunes manifestaient pour « Ne pas crever au boulot », contre le modèle de société idéale de Macron : « Métro, boulot, tombeau ».

Six cents manifestants et onze cars étaient venus de l’usine Airbus Helicopters de Marignane, où les ateliers étaient vides : seuls restaient les intérimaires et les apprentis. Mais certains travailleurs sous-traitants ont aussi participé à la grève.

La RTM (Régie des transports de la Métropole) était très largement en grève, les bus en particulier étaient quasiment tous à l’arrêt.

À Arles, ils étaient 2 000 à manifester.

Correspondant LO