Fouré Lagadec – Le Havre : un point pour les travailleurs !

19 Janvier 2023

L’entreprise métallurgique Fouré Lagadec est une institution dans l’agglomération havraise. Sur ses 1 200 salariés en France, 650 travaillent dans le département comme sous-traitants sur les sites de Total à Gonfreville, ExxonMobil à Port-Jérôme, Borealis à Grand-Quevilly et EDF à Paluel.

Les travailleurs font la maintenance ou la chaudronnerie, indispensables pour les multinationales du pétrole, de la chimie, ou du nucléaire. Comme le disait l’un des grévistes, c’est en fait « une accumulation de ras-le-bol » qui a conduit les anciens et les plus jeunes, sur différents sites, à s’unir et à dire stop. Car le rachat de l’entreprise par le groupe SNEF, qui compte 13 000 employés dans la mécanique, les infrastructures, la maintenance, l’électronique, s’est rapidement traduit par une baisse des rémunérations que seuls quelques anciens ont pu éviter. Les indemnités pour les déplacements, très nombreux compte tenu de l’activité du groupe, sont passées de 16,5 à 9 euros par jour. Les travailleurs ont aussi perdu des allocations familiales maison (moins 120 euros par exemple pour un père de trois enfants), des primes ou un bonus sur les heures supplémentaires, une prime de fin d’année. Alors, quand le groupe SNEF réalise un bénéfice de 25 millions pour 2022, c’est-à-dire 2 000 euros net volés à chacun des travailleurs, la réaction des ouvriers, il ne l’a pas volée !

Début janvier, le patron annonçait 4 % d’augmentation générale et 2,5 % d’augmentation individuelle. Mais les « faveurs » à la tête du client ne passaient plus. Pour faire comprendre ce qu’ils voulaient, mercredi 11 janvier, les travailleurs ont mené des actions aux portes des entreprises où ils interviennent. En quelques heures de feux de palettes, l’ambiance se réchauffait et dès le lendemain ils obtenaient une nouvelle répartition de l’enveloppe de négociations salariales : 5,5 % pour tous et 1 % pour les augmentations individuelles.

Autour du brasero fusait alors ce que les travailleurs avaient sur le cœur : « Le patron dit qu’il a un banquier au-dessus de sa tête, mais nous aussi on a un banquier sur le dos ! », et cette dénonciation sans appel : « Ici, c’est de l’esclavage moderne ; ils ont juste changé le fouet par la fiche de paye » !

Correspondant LO