Retraites : la guerre est déclarée !

11 Janvier 2023

Le nouveau chantier de démolition des retraites a été officialisé mardi 10 janvier. Macron et Borne ont décidé de faire tomber le couperet à 64 ans, avec l’augmentation accélérée de la durée de cotisation.

En 2019, Macron avait enrobé son attaque de propositions de la CFDT, pour la rallier à sa cause. Cette fois, il a passé un marché avec la droite pour s’assurer d’une majorité à l’Assemblée.

Alors, c’est sans fioritures. Enterrée, l’histoire des points ! Finie, la mise en scène autour d’un âge pivot et d’un prétendu choix de l’âge de départ ! Tous les travailleurs devront travailler au moins deux ans de plus, point final. Ceux qui n’y sont pas forcés par l’allongement de la durée de la cotisation y seront contraints par l’âge légal.

Toutes les confédérations syndicales sont forcées de le reconnaître : la réforme est brutale. Elle frappe de plein fouet le monde ouvrier, ceux-là mêmes qui ont commencé à travailler tôt, font les métiers les plus pénibles, les plus difficiles et les plus mal payés. Et elle sera menée au pas de charge, car Macron souhaite qu’elle s’applique dès la fin de l’été. La génération de 1961 serait donc la première à faire du rabiot.

Quand le gouvernement se pose en sauveur du système des retraites, il ment comme un arracheur de dents. Le Conseil d’orientation des retraites l’a écrit noir sur blanc : le système n’est pas menacé sur le long terme. Il faut dire qu’une bonne partie du sale boulot a été faite par les socialistes, sous le gouvernement Hollande. C’est la réforme Touraine qui impose aux générations nées après 1973 de cotiser 43 ans.

Alors, pourquoi un tel acharnement ? Parce qu’il manquerait 10 milliards dans les caisses de retraite, et ce, pendant quelques années. Mais quand il s’agit de trouver 10 milliards pour subventionner le grand patronat, cela ne fait ni une ni deux. Ce n’est pourtant pas l’argent qui manque de ce côté-là.

Cette année, les actionnaires du CAC 40 vont empocher 80 milliards. Ces 80 milliards sont le fruit de notre travail, mais ils vont aller à ceux qui sont nés avec une cuillère d’argent dans la bouche, à des rentiers, à des retraités de naissance !

Tant que nous ne nous faisons pas respecter, tant que notre sort est entre les mains du grand patronat et de ses pantins du genre de Macron, il ne faut pas nous attendre à être traités autrement. Ils se moquent de savoir si les ouvriers, les caissières, les infirmières, les aides à domicile ou les techniciens tiendront le coup.

De plus en plus de travailleurs termineront leur carrière à Pôle emploi, en invalidité ou au RSA. Les gouvernants le savent pertinemment mais, de leur point de vue, cela fera toujours moins d’argent à sortir que de verser une pension complète. Et ce sera autant de gagné pour arroser la bourgeoisie.

Encore une fois, ne nous étonnons pas ! Macron ne gouverne pas pour empêcher les crises ou les guerres. C’est chose impossible dans un système aussi fou que le capitalisme. Il dirige pour faire respecter une de ses lois fondamentales : tout ce qui va dans les coffres-forts des exploiteurs – bénéfices, plus-values, dividendes – doit croître toujours et encore. Pour cela, il faut en faire baver toujours plus aux travailleurs, il faut écraser leurs salaires, leur enlever des droits.

Sans rire, avec cette réforme, Macron explique qu’il prépare l’avenir et assure 2040 ! Mais l’avenir qu’il nous réserve n’est pas seulement un avenir sans retraite. C’est une société où des spéculateurs peuvent prendre toute la société à la gorge en faisant flamber les prix. C’est une société où la recherche du profit détruit tout : du système de santé à l’approvisionnement en électricité en passant par les transports et l’éducation. Et qui sait si dans quelques mois, nous ne serons pas, ici aussi, rattrapés par la guerre et les bombes ? Et là, il ne sera plus seulement question de notre droit à la retraite, mais de notre droit à la vie.

Non, l’avenir ne peut appartenir à ces irresponsables qui sont en train de tout sacrifier sur l’autel de leurs capitaux. L’avenir doit appartenir aux travailleurs et à leurs luttes. Il se joue dès aujourd’hui dans notre capacité à défendre nos salaires et nos retraites. Et rien n’est joué d’avance !

Les confédérations prétendent vouloir mener la lutte. Mais le simple fait qu’elles aient attendu le 10 janvier pour annoncer qu’elles comptent organiser une première journée de mobilisation le 19 janvier montre que leurs dirigeants sont de bien piètres généraux.

L’essentiel va donc dépendre des travailleurs eux-mêmes. Ils doivent trouver en eux-mêmes l’énergie et la détermination pour faire reculer Macron.

Pour l’instant, l’opposition massive à cette attaque n’est mesurée qu’au travers des sondages. Eh bien, il va falloir l’exprimer dans les entreprises au travers des grèves, et dans la rue avec des manifestations de masse !

Bulletins d’entreprise du 9 janvier 2023

Nathalie ARTHAUD