États-Unis : toujours plus d’argent pour l’armée

04 Janvier 2023

Peu avant Noël, les États-Unis ont alloué un budget record à leurs armées pour 2023. En hausse de presque 10 %, il se monte à 858 milliards de dollars.

Le Congrès des États-Unis, encore dominé par les démocrates avant que les nouveaux élus ne rentrent en fonction, a même octroyé 55 milliards de plus que ce que demandait le Pentagone. C’est un cadeau de Noël consistant pour les entreprises du complexe militaro-industriel comme Boeing, Lockheed Martin, Raytheon, Northrop Grumman, etc., leur garantissant des profits énormes.

Bien que n’étant pas en guerre officiellement, les États-Unis entretiennent un immense appareil militaire dont le financement a crû de 300 milliards de dollars en huit ans, malgré le retrait d’Afghanistan. Ils consacrent plus d’argent à leurs armées que l’addition des budgets militaires des neufs pays suivants, dont la Chine et la France. La pression militaire de l’impérialisme américain s’exerce sur tous les continents avec environ 750 bases dans 80 pays.

Pour rester le gendarme incontesté du monde au profit de ses capitalistes, l’État américain se ruine en dépenses militaires. C’est autant de centaines de milliards qui ne vont pas aux écoles publiques délabrées, à l’entretien des routes et ponts qui s’effondrent, au système de santé incapable d’empêcher que l’espérance de vie ne recule.

Lorsqu’ils ont mené des guerres, écrasant sous les bombes de lointains pays, tels la Corée, le Vietnam, l’Irak ou l’Afghanistan, les États-Unis les ont toujours fait payer à leurs classes populaires, tout en les abreuvant de propagande nationaliste teintée de racisme. Les cimetières et hôpitaux militaires se sont emplis de morts et de blessés. Les rues du pays se sont peuplées de vétérans SDF souffrant souvent de troubles mentaux et d’addiction aux drogues.

Ce militarisme dévorant est le prix que le système capitaliste nous fait payer pour sa survie.

Lucien DÉTROIT