Vallourec Umbilicals – Côte-d’Or : grève contre la fermeture

14 Décembre 2022

Le 28 novembre, la direction de Vallourec Umbilicals (VU) de Venaray-les-Laumes, en Côte-dOr, annonçait aux 56 salariés que la société allait être mise en redressement judiciaire.

Concrètement, ces travailleurs allaient être mis à la porte sans autre cérémonie et sans la possibilité d’en discuter les conditions, et ils se sont mis en grève.

Ces salariés sont peu nombreux, mais font partie du groupe Vallourec, qui n’a cessé d’être restructuré et qui a bénéficié de plus d’un milliard d’aides, pour construire entre autres cette nouvelle usine, avec notamment la promesse d’y embaucher jusqu’à 150 personnes. Pour cette petite ville de 2 000 habitants, c’était vital.

L’usine fabrique des tubes en inox au kilomètre pour des entreprises du pétrole telles que Total, avec un procédé spécial, difficile à maîtriser. Pourquoi, alors qu’elle ne fonctionne que depuis deux ans, faut-il la fermer maintenant ? Mystère. Toute la ville, d’une manière ou d’une autre, se sent concernée, et le montre par son soutien aux grévistes. Les syndicats, essentiellement la CGT, ont organisé une caisse de solidarité, mais surtout les travailleurs d’autres entreprises et même les commerçants ont amené qui du bois, qui une soupe, qui des gâteaux, des marabouts pour s’abriter, afin d’aider les grévistes à tenir sur le piquet de grève.

Après trois semaines de grève totale, la direction de Vallourec a annulé la procédure de liquidation judiciaire. L’État est-il intervenu, ou bien les protestations des élus ont-elles compté ? Ou bien Vallourec aurait-il reculé pour gagner du temps, ou même seulement pour réaliser une dernière commande dont Total aurait besoin ?

De toute façon, les salariés devront continuer de se méfier, car tout indique que leur sort n’est la première préoccupation ni de Vallourec, ni de Total, ni de l’État.

Correspondant LO