Lyon Perrache : élu écolo et briseur de grève

07 Décembre 2022

Jeudi 1er décembre, après deux mois passés à les ignorer, la Métropole de Lyon a finalement décidé de répondre à sa façon aux agents de nettoyage de la gare routière de Perrache.

Ces agents sont en grève depuis le 10 octobre contre leur licenciement à la fin de l’année par l’entreprise sous-traitante Arc-en-ciel, qui a perdu le contrat avec la Métropole, présidée par EELV et soutenue par les partis de la Nupes. Mais la Métropole n’est pas intervenue pour garantir leur emploi : elle a fait appel à un autre prestataire pour évacuer les déchets accumulés dans la gare, sous la protection de la police.

La semaine précédente, le maire Les Républicains du 2e arrondissement de Lyon, Pierre Oliver, était venu avec une poignée d’élus de droite se faire photographier en train de remplir péniblement quelques sacs poubelles. Cette fois-ci, Bruno Bernard, président écologiste de la Métropole, est à la manœuvre. Les élus de droite et de gauche sont main dans la main avec le préfet pour tenter de briser la grève.

C’est qu’il y a urgence, alors que commencent la Fête des lumières et le marché de Noël de la place ­Carnot, quartier bourgeois de Lyon voisin de la gare. Il ne faudrait pas que les ­visiteurs puissent salir leurs chaussures en venant faire leurs emplettes.

Correspondant LO