Paradis fiscal : paradis du capital

16 Novembre 2022

Le juge Renaud Van Ruymbeke, qui a instruit l’affaire de corruption chez Elf, met à profit sa retraite pour décortiquer les rouages de la corruption et de l’évasion fiscale.

De sociétés écrans en montages financiers opaques, un économiste évalue à 8 700 milliards de dollars les sommes escamotées via les sociétés offshore, ce qui correspondrait, d’après lui, à un siècle d’impôts sur le revenu. Et la somme doit être largement en dessous de la réalité, tant les moyens de soustraire les milliards aux regards sont nombreux !

Van Ruymbeke souligne que les promesses des politiciens d’éliminer les paradis fiscaux à coup de listes noires, grises ou blanches de pays sont autant d’illusions et de tromperies et que ces « listes sont quasi vides et sans contrôle effectif ». Compter sur une liste noire de paradis fiscaux pour arrêter l’hémorragie de milliards est illusoire, Renaud Van Ruymbeke qui connaît son sujet le confirme. Pourtant, il en appelle à une véritable prise de conscience des États pour « vraiment changer les règles du jeu », ces mêmes États pour qui il est hors de question de contraindre à quoi que ce soit les capitalistes.

Il vaudra mieux compter pour cela sur le contrôle des travailleurs.

Nadia CANTALE