Geodis – Gennevilliers : poursuite de la grève

09 Novembre 2022

Démarrée le 17 octobre, la grève à Geodis, sur le port de Gennevilliers dans les Hauts-de-Seine, se poursuit. La détermination reste intacte chez ces salariés travaillant pour un grand groupe de logistique et payés tout juste au-dessus du smic.

La direction, forte de ses 948 millions de bénéfices pour 2021, campe sur son refus des 150 euros réclamés par les grévistes, plus 100 euros pour les bas salaires ainsi qu’une prime de 1 000 euros pour décembre. Son mépris suinte par tous les bouts, et c’est d’abord cela qui a mis le feu aux poudres, ainsi que les bas salaires et des conditions de travail difficiles.

Dernière provocation de la direction : des grévistes viennent de se voir retirer des heures de grève à 13 euros, alors qu’ils sont payés 11 euros lorsqu’ils travaillent ! Ce sera peut-être régularisé plus tard mais, en attendant, c’est une pression contre la grève.

Comme le disait un gréviste : « Nous voulons travailler mais dans la dignité. Le respect et la dignité commencent en nous permettant de gagner correctement notre vie. » Les conditions de travail difficiles ont été envenimées par la découverte de feuilles de paie de certains hauts cadres, montrant des primes d’objectifs annuels allant de 180 000 à 320 000 euros !

Alors, la grève continue et l’espoir des salariés de Gennevilliers est qu’elle s’étende à d’autres dépôts de Geodis, filiale à 100 % de la SNCF qui emploie plus de 44 000 personnes.

Correspondant LO