Milliardaires : 
riche malgré lui

28 Septembre 2022
La presse s’est extasiée sur le geste du patron de Patagonia, marque célèbre de vêtements de sport : à 83 ans, au lieu de revendre son entreprise ou de la donner à ses enfants, il l’a léguée à une structure agissant pour l’environnement.

Ce patron, Yvon Chouinard, dit avoir toujours été écologiste avant tout et être devenu milliardaire « contre sa volonté ». C’est aussi, sans doute sans le vouloir qu’il a fait prospérer l’entreprise, qui pèserait aujourd’hui trois milliards de dollars. Pour un peu, on pourrait croire qu’il a gagné sa fortune au loto !

En réalité, comme toute entreprise capitaliste, au label vertueux ou non, les profits se font sur le dos des ouvriers qui fabriquent ses produits. Sans aucune usine de fabrication, Patagonia sous-traite tout, principalement en Asie. Cela lui permet d’affirmer qu’elle ne décide pas des salaires des ouvriers et ouvrières qui produisent pourtant des vêtements revendus plusieurs centaines d’euros en Europe et aux États-Unis. Sur son site, elle dit qu’elle « réfléchit » à comment faire pour qu’ils soient mieux payés mais en attendant, elle empoche les profits.

Quant à la « production responsable », l’entreprise a reconnu à sa façon qu’elle fonctionnait comme toutes les autres. Une publicité, qui a fait du bruit en 2011, demandait aux clients de ne pas acheter la veste présentée, car il avait fallu 135 litres d’eau et 20 livres de CO2 pour la fabriquer... Quant à la cession de l’entreprise, l’agence de presse Bloomberg affirme que l’opération permettrait à la famille d’échapper à des centaines de millions de dollars d’impôt. L’écologie et le billet vert peuvent faire bon ménage...