Hausse des prix : il faut faire payer les profiteurs de la crise

21 Septembre 2022

Pas la peine de chercher des bouteilles de Volvic, Badoit ou Evian en ce moment dans un Intermarché.

C’est un nouvel épisode de la guerre entre les industriels de l’agro­alimentaire et ceux de la grande distribution.

Danone affirme que ses coûts de production ont augmenté de 20 à 25 % et qu’il ne s’en sortira pas sans une hausse de 12 % de ses produits, notamment les bouteilles d’eau minérale. Intermarché a beau jeu de jouer au défenseur du consommateur, accusant Danone de « profiter de la crise ». Pour peser sur les négociations, il a donc retiré toutes les bouteilles d’eau de Danone de ses magasins. Indigné, le PDG de Danone a rappelé que les négociations sur les prix devaient rester secrètes.

Il en va de même pour bien d’autres produits. Le lait par exemple, objet actuellement de semblables tractations, pourrait se vendre dans les rayons à plus d’un euro le litre.

Les prix continuent de monter inexorablement, contrairement aux salaires, aux retraites et aux allocations. Que ce soient les producteurs ou les distributeurs qui empochent les profits, pour les travailleurs, le résultat est le même ! Ce sont eux qui paient au bout du compte.

Face à ces requins, les travailleurs doivent eux aussi défendre leurs propres intérêts, et refuser de voir leurs conditions de vie reculer.

Camille PAGLIERI