À guichets fermés

14 Septembre 2022

La recherche du guichet perdu semble être le nouveau défi infligé par la SNCF aux usagers, tant en grandes lignes qu’en banlieue ou TER.

En gare de Nice, les syndicats viennent d’alerter sur la fermeture programmée de six guichets sur sept. Le même phénomène est à l’œuvre sur tout le territoire.

Ainsi, aux voyageurs devant acheter ou changer leur passe Navigo dans la gare de Melun, pourtant préfecture de Seine-et-Marne, une affichette signale que la plus proche agence Navigo disponible se trouve… à la Gare du Nord, à 60 km de là.

Dans toute l’Île-de-France, la SNCF met en œuvre un plan massif de fermeture de guichets. Les gares aujourd’hui dépourvues de guichet sont maintenant dénommées PANG, point d’accès non géré, et ceux-ci se multiplient à l’échelle du pays. Certains ne possèdent pas même d’automate de paiement et de nombreux usagers, dans l’incapacité de prendre un billet, sont pourtant verbalisés. À la gare du Nord elle-même, plus grande gare d’Europe en trafic voyageurs, il ne reste souvent que trois agents de guichets banlieue disponibles dans l’après-midi. Les files d’attente y sont interminables, tout comme en Grandes lignes, et les conditions de travail éprouvantes.

La SNCF prétend qu’elle ne fait que répondre à la demande de titres dématérialisés par les usagers, sur smartphones ou ordinateurs. Si c’était le cas, les guichets seraient boudés par les usagers, alors qu’ils doivent patienter parfois près d’une heure pour rencontrer un cheminot. Dans de nombreux cas, par exemple en paiement par chèques congés ou en espèces, la venue au guichet est pourtant indispensable. En réalité, c’est toute une fraction de la population, en particulier la plus âgée et aussi la plus démunie, qui est pénalisée par la suppression de tout contact humain.

Du côté des cheminots, la fermeture des guichets se traduit par des suppressions de postes massives – 338 dans la seule région Île-de-France –, des propositions de réemploi plus éloignées du domicile ou l’intégration dans des « équipes mobiles » ainsi qu’une baisse des rémunérations en raison de changements d’horaires. La SNCF fait payer sa politique de dépeçage du transport ferroviaire à tous les travailleurs.

Contre la suppression des trains, des gares, des guichets, voyageurs et cheminots doivent lutter au coude à coude.

Correspondant LO