CNR : le gros flop

07 Septembre 2022

Jeudi 8 septembre, Macron inaugure son Conseil national de la refondation dont il avait lancé l’idée pendant la campagne des élections législatives, promettant que son second mandat serait placé sous le signe de la concertation avec les « forces vives » de la nation.

L’acronyme CNR visait à ratisser large puisqu’il renvoie au Conseil national de la résistance fondé mi-1943 derrière De Gaulle et rassemblant jusqu’au PCF dans une forme d’union nationale. Macron espérait peut-être que ces trois lettres suffiraient à faire consensus.

Mais son gadget politique semble devoir faire un flop. Les partis d’opposition, de gauche, de droite et d’extrême droite refusent de jouer le jeu sous prétexte que le vrai débat devrait avoir lieu au Parlement.

La CGT et FO ont elles aussi décidé de ne pas participer. Macron ouvrira les débats à Marcoussis, dans l’Essonne, au CNR justement, qui n’est autre que le Centre national du rugby. Peut-être parce que, celui-là au moins, on voit à quoi il sert !