Chine : immeubles abattus pour faire monter les prix

07 Septembre 2022

Le gouvernement chinois a ordonné la destruction de gigantesques immeubles neufs, par dizaines, dans tout le pays. Pour d’autres, la construction est à l’arrêt depuis des mois voire des années. Cela représenterait au total un nombre d’appartements qui pourraient loger 75 millions de personnes, plus que toute la population française réunie.

Les promoteurs du pays ont fait fortune grâce à l’énorme exode rural qui a eu lieu avec l’industrialisation des dernières décennies. Les grands groupes de construction se sont endettés pour construire toujours plus, et ont spéculé avec l’argent des petits propriétaires qui leur achetaient des appartements sur plan, avant qu’ils ne soient construits.

Depuis au moins un an, ce marché de l’immobilier s’enfonce dans la récession. Les grands groupes comme Evergrande, dont la situation de quasi-faillite a fait la une de la presse internationale, sont apparus comme incapables de payer leurs dettes et même de trouver l’argent nécessaire pour finaliser la construction des appartements qu’ils avaient déjà vendus à des centaines de milliers de personnes.

Aujourd’hui, celles-ci n’ont toujours pas reçu leur logement mais n’en doivent pas moins continuer de rembourser leur prêt immobilier. Cet été, leur colère a été telle que, par milliers, dans plusieurs villes du pays, elles ont osé manifester et commencer une grève du remboursement de leur prêt.

Pour les ouvriers du bâtiment, la situation est catastrophique. Beaucoup sont obligés de camper au pied de l’immeuble sur lequel ils travaillaient, souvent à des centaines de kilomètres de chez eux, à attendre la paye que leur employeur leur doit et à espérer que les chantiers repartent.

Le gouvernement chinois a essayé de relancer le marché immobilier en baissant le taux d’intérêt des prêts. Mais rien n’y fait. Les appartements neufs ne trouvent pas d’acheteurs. On comprend pourquoi, vu les déboires de tous ceux qui attendent depuis des mois la livraison de celui qu’ils ont acheté. Et si la dernière décision du gouvernement a été de faire détruire massivement des appartements neufs qui auraient pu loger des millions de personnes, son seul but est de tenter d’enrayer la chute des prix

Cela rappelle que, pendant les années qui ont suivi la crise de 1929, le gouvernement des États-Unis avait eu des politiques similaires. Des primes étaient données aux fermiers pour qu’ils arrachent et détruisent ce qu’ils avaient cultivé. Le café était brûlé dans les chaudières. Les oranges étaient mazoutées pour que personne ne puisse les manger...

Ce qui se passe en Chine ne condamne pas seulement le gouvernement et les promoteurs de ce pays mais surtout l’économie capitaliste elle-même.

Pierre ROYAN