Budget de l’Éducation : une hausse insuffisante

17 Août 2022

Le gouvernement se vante du fait que l’Éducation nationale fait partie des trois secteurs dont le budget connaîtra la plus forte augmentation pour l’année 2023.

Après le ministère de l’Emploi, qui reçoit 6,7 milliards supplémentaires pour financer notamment l’engagement d’apprentis de façon quasiment gratuite pour les patrons, la Défense recevra trois milliards de plus et l’Éducation nationale 3,6 milliards.

Le gouvernement assure que les dépenses globales sur l’ensemble du budget 2023 ne dépasseront quasiment pas celles de 2022. Cela indique des coupes drastiques dans d’autres ministères. Mais en fait les milliards supplémentaires consacrés à l’Éducation nationale ne régleront pas les problèmes des enseignants. Le gouvernement a annoncé une augmentation du point d’indice de 3,5 %, représentant quelques dizaines d’euros supplémentaires par mois selon les professions et l’ancienneté, soit une augmentation inférieure à l’inflation réelle. Il a en outre promis de relever le salaire des nouveaux enseignants titulaires à 2 000 euros net, un niveau qui jusqu’à présent n’est obtenu qu’avec une quinzaine d’années d’ancienneté. Il faut y ajouter les hausses des prix des consommables, papiers et autres matériels, et celle de l’énergie, dont une part relève du budget de l’Éducation nationale.

Malgré les efforts du ministère pour réduire le nombre de postes, il manquera encore des enseignants à la rentrée. Il manquera aussi du personnel pour prendre en charge les enfants handicapés, des infirmières et d’autres professions indispensables au bon fonctionnement des établissements scolaires. Cette augmentation, que le gouvernement présente comme historique, sera loin de combler l’ensemble des manques.

Inès Rabah