Grande – Bretagne : un champion sans papiers

20 Juillet 2022

Le coureur de fond britannique Mohamed Farah a témoigné dans un documentaire de son parcours d’immigré clandestin, arrivé illégalement de Somalie lorsqu’il était enfant.

Dans le documentaire « The real Mo Farah » (le vrai Mo Farah) le sextuple champion du monde, quatre fois médaillé aux JO et anobli par la reine raconte son parcours de petit garçon somalien confronté à la guerre civile. À la mort de son père, sa mère, pour qu’il échappe aux combats, l’envoie en Grande- Bretagne où une famille le récupère, déchire ses papiers d’identité et en fait son esclave domestique.

C’est finalement à l’école qu’il trouvera l’aide de son professeur de sport, qui témoigne avec lui, dans le documentaire, des procédures interminables, longues de quatre ans, avant de recevoir la nationalité britannique.

Le récit de Mo Farah met en lumière le parcours de bien des migrants. Fuyant la guerre, la misère, ou voulant simplement vivre, ils se heurtent finalement aux frontières, aux murs et aux barbelés derrière lesquels se retranchent les riches États impérialistes. Alors qu’un colis peut faire le tour du monde en six jours, le périple d’un travailleur guinéen pour parcourir 6 000 km de route entre son pays et la France peut prendre des mois, voire des années, tant les difficultés physiques et morales à surmonter sont gigantesques. L’impérialisme investit une énergie folle et des moyens barbares dans le refoulement aux frontières des victimes de la misère et de la guerre qu’il crée aux quatre coins de la planète. Contre cette barbarie et cette division artificielle, il faut la liberté de circulation et d’installation pour tous.

Axelle Müller