Du ménage à faire

20 Juillet 2022

Au rassemblement du 13 juillet, des salariées du groupe Aviclean, un sous-traitant chargé du ménage des avions, ont témoigné de leurs conditions de travail.

Harcèlement, pressions, horaires allant de 6 heures à 22 heures, mais on n’est payé que quand on met le pied dans l’avion, contrats de 30 heures hebdomadaires et heures supplémentaires non payées, pas de badgeuse pour contrôler les horaires, tout cela est leur lot quotidien. Les plannings changent et les salariés sont convoqués parfois la veille pour le lendemain, ils doivent porter des sacs de plus de 20 kg avec interdiction de les tirer au sol pour éviter qu’ils n’explosent, sans même une bouteille d’eau malgré la canicule et le tout, pour 1 200 euros par mois. Des plaintes ont été déposées, des procédures entamées, mais il faut des mouvements comme celui-ci pour que des articles sortent dans la presse.

Aviclean est un des multiples sous-traitants de la zone qui nettoient les avions ou les salons de diverses compagnies : Air France, Corsair, Turkish airlines, etc. Les compagnies mettent leurs sous-traitants en concurrence, prennent le moins cher et détournent hypocritement les yeux de la réalité de ces exploiteurs. Et les profits s’accumulent toujours plus.

Correspondant LO